Une enquête chez les enquêteurs.

La gendarmerie d'Aywaille.


Vue de la gendarmerie en 1912.

C'est au temps de l'occupation française que fut instaurée la gendarmerie. Un arrêté du 10 juillet 1796 organise trois divisions de gendarmerie dans les Provinces Belges. La brigade la plus proche d'Aywaille se trouve alors à Louveigné.

Les 25 août 1870 et 1er novembre 1873, le conseil communal d'Aywaille adresse au gouvernement une supplique réclamant l'installation d'une brigade de gendarmerie à cheval à Aywaille.

Entre autres arguments développés, retenons que :

  • Aywaille se trouve traversée par différentes routes venant des villes de Liège, Verviers, Spa et Stavelot et se rendant sur Bastogne, Marche et vers le chemin de fer du vallon de l’Ourthe;

  • De Chênée à Manhay (parcours de 40 kilomètres) et de Verviers à Barvaux sur la route de Marche (parcours de 50 kilomètres) il ne se trouve aucune brigade de gendarmerie et que les malfaiteurs et maraudeurs profitent de l’absence des gendarmes pour exploiter les localités environnantes;

  • Il y a marché public à Aywaille tous les mois et la gendarmerie pour maintenir l’ordre et la tranquillité à ces marchés, qui sont très bien suivis et approvisionnés, y doit faire acte de présence;

  • Une brigade de gendarmerie serait très bien et convenablement placée à Aywaille au centre des routes susmentionnées, à l’approche des carrières et des fonderies de ces environs pour y exercer une police régulière;

  • Il est très fortement question de la construction d’un chemin de fer dans la vallée de l’Amblève qui relierait celui de l’Ourthe à celui du Grand Duché et qui traverserait cette commune dans toute sa longueur;

  • Cette commune possède une magnifique grotte qui est visitée chaque année par des milliers d’étrangers;

  • La commune pourrait fournir en cette localité un local convenable pour l’y caser.

    Le 3 décembre 1873, le ministère de la guerre informe que c'est à regret qu'il ne peut donner une suite favorable à la demande, l'effectif ne permettant pas de créer de nouvelles brigades.

    Trois ans plus tard, le 18 avril 1876, un arrêté royal apporte diverses modifications dans l'organisation de la gendarmerie. Celui-ci prévoit notamment la création d'une brigade à Aywaille. C'est la province de Liège qui devra supporter les frais de casernement de la nouvelle brigade.


  • Photo : Freddy Lemaire - Reproduction interdite.

    Gendarmes devant les locaux de leur brigade, vers 1925.


    Le 11 mai 1876, le gouverneur de la province contacte la commune d'Aywaille pour s'assurer s'il n'existerait pas à Aywaille un bâtiment pouvant abriter les gendarmes. Le 21 août suivant, le conseil communal répond qu'il est d'accord de céder gratuitement l'ancienne maison communale et son jardin situé en vis-à-vis. Après discussions, les travaux d'appropriation sont jugés excessifs. La commune propose alors de fournir un terrain convenable, en dehors de la localité, pour que la province puisse y construire une caserne. Nos édiles offrent également une somme de trois mille francs de subsides. La députation permanente marque son accord.

    C'est au-delà du pont qu'une parcelle de terrain de 26 ares, située en bordure de la route nationale et joignant le parc communal, est choisie comme emplacement de la future caserne. L'acte de cession gratuite sera signé le 25 septembre 1878. Le 23 juin 1877, la commune d'Aywaille avait été autorisée à vendre l'ancienne maison communale et son jardin afin de contribuer à la dépense de la nouvelle construction.

    Le 9 juillet 1878, la construction est bien entamée puisque la province décide de payer 5.328,26 francs représentant le premier huitième de l'entreprise confiée à Joseph Dohet.

    Nous n'avons pas retrouvé la date de l'inauguration des locaux, mais nous supposons que les gendarmes occupèrent les lieux dans les années 1880. Le premier commandant de brigade, qui nous soit connu, arriva à Aywaille le 11 novembre 1885. Il s'agit d'Antoine Béroudiaux, né à Chimay le 11 juin 1845.


    Photo : Freddy Lemaire - Reproduction interdite.

    Durant la guerre 14-18, les allemands occupent la gendarmerie. Ils sont commandés par le major Kraus. Celui-ci pose fièrement avec ses deux acolytes avant son départ pour une tournée d'inspection.

    Les différents commandants de la brigade de gendarmerie d'Aywaille.

    date d'arrivée

    nom et prénoms

    lieu et date de naissance

    11.11.1885

    Béroudiaux Antoine Joseph

    Chimay 11 juin 1845

    21.02.1893

    Matagne Jean Joseph Emmanuel

    Vencimont 07 juillet 1855

    15.07.1898

    Merjai Eugène Barthelemy

    Hollange 03 juin 1845

    20.06.1905

    Bourdon Florent

    Wiers 20 mars 1867

    06.11.1908

    Matheï Henri Joseph

    Guygoven 24 mars 1865

    17.04.1913

    Fifis Auguste Honoré Joseph

    Treignes 17 novembre 1875

    10.01.1919

    Léonard Arthur Marie Joseph

    Hamois 03 mai 1880

    29.09.1924

    Schinckus Paul Antoine

    St-Hubert 18 novembre 1885

    18.09.1929

    Loth Michel Jean Marie

    Saint-Nicolas 28 février 1896

    14.02.1933

    Delvaux Lambert Léon Constant

    Liège 08 avril 1894

    10.06.1943

    Remacle Julien Antoine Joseph

    Odeigne 07 avril 1903

    17.09.1947

    Toubon Marie Cyrille Albert

    Tournay 22 mars 1911

    02.07.1957

    Leroy Albert Joseph Gilles

    Nassogne 10 octobre 1915

    20.01.1972

    Gillet Joseph Cyrille

    Nives 16 mars 1922

    28.08.1975

    Regnier Guy Albert Ernest Marcel

    Tilff 20 janvier 1928

    13.10.1978

    Warnimont Bernard Eloi Fernand

    Charleroi 28 juin 1949

    Proposé par Etienne Compère - 2005


    Vue de la gendarmerie, en 2004

    Liens Aywaille