Notre commune vue sous un autre angle

 

L'auteur des propos mentionnés ci-dessous me donne l'autorisation de reproduire son point de vue relatif, entre autres, à notre commune. J'adhère totalement à ses constatations qui ne concernent que les campings. Dieu sait si de nombreuses photos pourraient attester bien d'autres illégalités environnementales.

Généralement lorsque l'on parle de notre entité d'Aywaille, on utilise des termes élogieux :

  • Sites pittoresques, vallons enchanteurs, espaces verts.

  • Commune à bras ouverts, commune zen, commune d'Europe.

  • ... le pourtour dentelé de son clair horizon.

  • Sa sauvage beauté, capitale de l'Amblève.

  • Et que sais-je encore ?

Je cite :

La vallée de l'Amblève défigurée par les campings et résidences illégaux

 

Toute la Wallonie est soumise aux règles les plus élémentaires de l'Urbanisme et de l'Aménagement du Territoire. Toute? De nombreux «bidonvillages» d'irréductibles «barakis» résistent encore et toujours. La recette de leur potion magique n'est plus secrète: irresponsabilité, inertie et laxisme des autorités compétentes en égales proportions.

Le phénomène des «bidonvillages wallons»

Des campings et des maisons dans des zones de grand intérêt paysager, sans permis d'urbanisme ou d'exploitation, c'est courant en Wallonie et … omniprésent dans la vallée de l'Amblève. Le paysage d'une vallée unique est balafré, des sites classés défigurés, des zones inondables anéanties avec la complaisance coupable des autorités publiques régionales. Le camping Pont de Targnon, le camping les Salins, le camping du Garage, une zone résidentielle entre Quarreux et Nonceveux, un camping anonyme à Nonceveux, les campings du Beau Site, Plein Soleil, Val Fleuri, Val du Promontoire, Mont de l'Amblève, Château de Dieupart, … autant de «bidonvillages» dans l'illégalité avec les distinctions " cra ", " cracra " ou " cracracra " dans le Guide Rangers, répertoire wallon des endroits de charme massacrés.

Outre les atteintes au patrimoine classé, à la nature et au paysage, l'absence de permis d'urbanisme et/ou d'exploitation permet toutes les fantaisies inesthétiques - des baraques en lambris, contreplaqué, béton sans crépi, etc. et toutes les nuisances pour l'environnement et le voisinage. La «taudification» est souvent au rendez-vous. Un scandale écologique et social.

Si personne ne se plaint, l'autorité publique wallonne reste magnifiquement inerte. De par elle-même, elle ne joue pas son rôle de prévention et de contrôle ou elle le fait … jusqu'à se neutraliser.

Selon Rangers, la responsabilité incombe aux autorités publiques locales, inertes ou complices.

Un scandale écologique et social!

Fin de citation.

La chasse au petit gibier

Aywaille, non à la chasse !

Mais qui réagit encore de nos jours ? Heureusement, nos parents et grands-parents l'ont fait en défendant une cause, en défendant notre pays. S'ils avaient étés apathiques comme le sont beaucoup de personnes, nous vivrions d'une autre manière et sous une autre bannière. Énormément d'individus, trop confortablement installés dans leur petit cocon n'osent réagir à rien jusqu'au jour où ils perdront leur confort.

(J.S.)

Liens Aywaille