Deigné dans l'Histoire . . .

L’origine du village de Deigné remonte à la plus haute antiquité. En effet, si l’on n’y a pas (encore) découvert de vestige préhistorique, les traditions y placent une agglomération celtique. Par contre, on y a trouvé des traces d’occupation gallo-romaine. A ce temps là, les grands domaines étaient désignés sous le nom de leur propriétaire d’où l’appellation de Deigné signifiant « domaine de Denius ». C’est en 1901 que le docteur Tihon entreprend des recherches archéologiques au lieu-dit al håye dè pahis. Il y fait la découverte d’une quinzaine de tombes à incinération qui livrent poteries, coupes, épingles et fibule, datant des 2e ou 3e siècle de notre ère. De cette époque, il faut retenir aussi qu’une voie romaine secondaire traversait le village dans sa partie nord-est, venant de la Haute-Folie et se dirigeant vers Haut-Regard.

Aucune source, aucun document ne signale l’existence de Deigné au cours des douze siècles suivants. Relevons seulement, qu’au 11e siècle, la vouerie de Louveigné et, par voie de conséquence le village de Deigné, relevaient de la principauté de Stavelot-Malmedy.

Faisant partie du Comté de Logne, Deigné suit la destinée du ban de Louveigné, du moins jusqu’au 16e siècle. Le 6 octobre 1559, est actée la séparation et « desmuration » des deux mayeuries . Dans ce document apparaissent différentes personnes de Deigné, dont les noms se sont perpétués jusqu'à nos jours :

Jehan de Foccroul – Henrÿ le Mort – Le Grand Wilhe – Le Gros Gielet – Laurent de Blendeff Simon de Pirombouff – Arnould de Plaÿe – Jehan Godet – Hubin Mofseaux – Jehan le Corbesier – Jehan Aristeaux – Hubin le Corbesier – Collard Laurent – Jehan le Charlier.

Deigné reste tributaire de la principauté de Stavelot-Malmedy jusqu’à la Révolution française. Il est alors intégré à la commune de Louveigné. En 1977, lors de la fusion des communes, le village de Deigné est rattaché à l’entité d’Aywaille dont il fait désormais partie.

Quelques dates importantes :

1524 - Dénombrement des feux, sont cités :

Bodchon - Wilhelme - Guilmyn - Grigore Terratin - Lowy de Degnez - Loren Mossea - Thonnet le fils Le Beg - Johan le Corbesir - Henry de Gouvyt - Blan Johan - Henri le Mor - Johan le Fokroul - Wilhelme de Degnee -  la femme Pirlot - la femme de Beg Loren - Thonnon de Dengnee

1589 - On extrait des minerais à la « minier de haulsoulmont ».
1624 - Pierre de Deigné devient prévôt du ban de Louveigné.
1688 - Érection de la première chapelle de Deigné.
1743 - Le feu ravage le village : trente maisons sont détruites.
1750 - Dénombrement : 42 maisons, 180 bestiaux – 38 chevaux.
1794 - Bataille de la Heid des Gattes. Les soldats autrichiens tués sont ensevelis
dans une fosse commune près de Deigné.
1797 – Épidémie de choléra.
1803 – Deigné devient le siège d’une paroisse qui rassemblera les villages d’Adseux, Rouge-Thier, Hotchamps, Cornémont et Hassoumont.
1849 – Construction de l’église actuelle.
1856 – Création de l’école Saint-Joseph et du cimetière actuel.
1859 – Une trombe d’eau s’abat sur la région, bouleversant l’ancien cimetière et provoquant d’importantes inondations jusqu’à Remouchamps. On déplore dix victimes.
1862 – Édification de la fontaine, devant l’église.
1901 – Fouilles archéologiques par le docteur Tihon.
1922 – Construction de la nouvelle école catholique.
1928 – Construction de la salle des œuvres paroissiales.
1971 – Installation de l’antenne collective de télévision.
1974 – Première organisation du « Village Fleuri »
1975 – Ouverture du safari parc « Monde Sauvage »
1983 – Jumelage avec Autretot, village fleuri français.
2001 – Mise en service de la station d'épuration.
2002 – Construction de la halle touristique.

 

Proposé par Etienne Compère.  Photo : © Jacques Schoumakers (2004)

 

Liens Aywaille