Le chantoir de Kin

Encore appelé "chantoire" il s'agit du point de disparition d'un cours d'eau en région calcaire, parfois pénétrable par le spéléologue sur une certaine profondeur. Synonyme de perte, bétoire, douve, aiguigeois, agolina, etc...

Avant sa résurgence à Dieupart, le ry de Kin s'engouffre dans une excavation naturelle située dans des prairies, non loin du terrain où l'on extrayait jadis le minerai de fer. Autrefois, l'endroit était accessible par tous, en dépit des règles élémentaires de sécurité. L'on se souciait peu qu'il soit profond ou pas. Certes, quelques aventuriers avaient bien tenté de l'explorer mais sans résultat probant. En mars 1976, des membres du spéléo-club d'Aywaille firent aménager les alentours dans le but de lancer une exploration dudit chantoir. Les journaux de l'époque l'ont amplement relaté : le 15 mars 1976 Marcel MARÉCHAL, personnage emblématique à Aywaille, et André MODAVE s'engagent dans l'exploration du site afin de tenter d'en découvrir les tournures. Excellente initiative qui fut récompensée par la découverte d'une salle souterraine avoisinant les mille mètres cube. Elle reçut le nom de "Salle TROISFONTAINE"  (en l’honneur, à l'époque, du Président du Spéléo Club)

Quatre mois plus tard, le 10 juillet 1976, un groupe de spéléos descendait dans un puits d'une profondeur de 52 mètres. Ils découvrirent plus de 600 mètres de galeries ainsi que de nombreux puits.

Ci-dessus, la S.A. Eloy et Fils  procède au déblayement du site
afin de permettre l'accès au lieu d'engouffrement de l'eau.

      

Vues réalisées à l'entrée du chantoir.

Deux vues réalisées sous terre.

Les 3 vues suivantes représentent
les merveilles réalisées par la nature dans la nappe souterraine.

      

    Ci-dessous, le déversement d'un produit de contraste visant
à mesurer le temps que va mettre l'eau colorée pour arriver
au point de résurgence du ruisseau.

   

Je remercie particulièrement Madame Madeleine LEDUC pour son amabilité et pour m'avoir accordé l'autorisation de publier une partie des nombreuses photos qu'elle a réalisées sur le site du chantoir de Kin.