Les douars dans le Rif marocain

Le Rif est une région dans laquelle mon gendre et moi avons passé des moments inoubliables lorsque nous y avons mené une campagne de dépistage du diabète. La région et la population ainsi que l'équipe médicale avec laquelle nous avons travaillé nous ont permis de percevoir les vraies richesses du peuple marocain.

Les douars que nous avons visités ne sont accessibles que de deux manières : à pied ou en véhicule 4 x 4. Très loin des sentiers battus, ces régions sont encore authentiques. Leurs habitants sont autonomes et généralement sédentaires. La plupart sont d'origine berbère. Ils sont installés sur ces montagnes parfois depuis de très nombreuses générations.

Polyculteurs et arboriculteurs, les habitants travaillent avec soin des champs exigus, utilisant l'eau des sources ou des torrents pour l'irrigation. Les cultures sont très variées. Dans le haut Rif central, plusieurs tribus continuent de cultiver le chanvre indien (kif)

La montagne, peu élevée, dépasse rarement 1 500 mètres sauf dans la dorsale centrale où le Djebel Tidirhine atteint 2 452 m. La région est très accidentée et est coupée par de profondes vallées ; elle est relativement humide et, en partie, couverte de forêts (chênes verts, chênes-lièges, cèdres) ou de maquis. Il en résulte de grandes difficultés de communication principalement dues au fait que beaucoup de douars ne sont pas équipés d'un réseau électrique.

Nous adressons nos plus vifs remerciements à l'association TARGA ainsi qu'à l'Institut Vétérinaire Hassan II de Rabat pour nous avoir permis de vivre cette aventure durant 3 semaines

Mais Dieu, que la montagne est belle !

 

 

Ci-dessus, vue du gîte dans lequel nous étions hébergés.

D'autres photos