Les différents seigneurs de Montjardin :

Le Chevalier Joseph de THEUX de Montjardin écrivit en 1868 : «on manque de documents pour établir la fuccession non interrompue des fires de Montjardin jufqu'en 1342, & il faut fe borner à recueillir quelques renfeignements puifés dans divers auteurs»

1 . Commençons par un résumé des différents occupants :

  1. De 1342 à 1390 : Gerlache de MONDERSDORP.

  2. De 1390 à 1428 : Bauduin de MONDERSDORP.

  3. De 1428 à 1429 : Bauduin II de MONDERSDORP.

  4. De 1429 à 1471 : Guillaume de BOULANT.

  5. De 1471 à 1484 : Guillaume II de BOULANT.

  6. De 1484 à 1485 : Jean de BOULANT.

  7. De 1485 à 1539 : Robert de BOULANT.

  8. De 1539 à 1575 : Bauduin de BARBANÇON.

  9. De 1575 à 1594 : Henri de BARBANÇON.

  10. De 1594 à 1611 : Everard de BARBANÇON.

  11. De 1611 à 1616 : Marie et Bonne de BARBANÇON.

  12. De 1616 à 1640 : Albert de LIGNE.

  13. De 1640 à 1654 : Sébastien DAEMS.

  14. De 1654 à 1657 : Louis GALLO de SALAMANCA.

  15. De 1657 à 1711 : Louis-Jacques GALLO de SALAMANCA.

  16. De 1711 à 1726 : Antoine-Joseph-Ferdinand GALLO de SALAMANCA.

  17. De 1726 à 1730 : Léonel-Ferdinand GALLO de SALAMANCA.

  18. De 1730 à 1734 : Louis-Ferdinand-Joseph de VILLEGAS.

  19. De 1734 à 1773 : Jacques de THEUX. A son décès, sa veuve releva la succession jusqu'à son propre décès en 1782.

  20. De 1784 à 1820 : Barthélemy-Théodore de THEUX.

  21. De 1820 à1825 : Joseph-Mathieu-Jacques, Chevalier de THEUX de MEYLANDT et de MONTJARDIN. La seigneurie devint indivise pour ensuite être attribuée à :

  22. De 1862 à 1868 : Joseph-Henri-Louis, Chevalier de THEUX de MONTJARDIN.

  23. De 1868 à 1896 : Xavier de Theux.

  24. Son fils Charles de Theux (1867 – 1910), lui succéda. Vint par la suite le tour de son fils, le chevalier Guy de Theux depuis 1989.



Une vue du château en 2004

2. Description plus approfondie :

        Philippe de Montjardin est cité comme témoin de trois donations la dernière d'entre elles date de 1145. Cependant, rien ne nous spécifie le titre qu'il détenait, ou pas, à cette époque.

Toujours d'après l'auteur, en 1174, Euftache de Montjardin signe une donation de Bauduin de Gifnes au monastère de Clairmarêts. Nous découvrons également qu'Ulric de Montjardin se rendit, en 1214, à Luxembourg avec Gérard d'Aywaille pour prêter serment de fidélité au comte Waleran, son suzerain. Il écrit aussi : "c'est probablement sous ce seigneur que se déroula la célèbre histoire d'Eugebrandus le Braconnier dont les archives locales situent sa mort à l'an 1230"

Nous n'en savons pas plus quant à la parenté des deux seigneurs pour autant qu'il y en aie eu une.

En 1270, apparaît un dénommé MACAIRE, avoué d'Aywaille et par conséquent, seigneur de Montjardin. Sa veuve, remariée avec Henri de HERMEIS, revendit le château en 1270 à la comtesse Margueritte de Luxembourg. Qui était MACAIRE ? De quelle famille était-il issus ?

Cette vente, ne pouvait-elle pas être un usufruit transmis par la veuve de MACAIRE et les parents de ce dernier ? La comtesse pouvait aussi avoir eu la possession du château qu'elle aurait pu rétrocéder à titre de fief à quelque autre famille. Voilà encore quelques suppositions.

L'histoire reste muette jusqu'en 1342, date à laquelle la seigneurie fut relevée par Gerlache de Mondersdorp. Il existe très peu de renseignements relatifs à Gerlache. Tout au plus lui découvre-t-on un frère, Winric, ainsi que deux enfants, Bauduin et une fille dont nous ignorons le prénom.

Lors de l'élection d'un mambour le 11 mars 1389, d'après le Recueil Héraldique de LOYENS, Gerlache de Mondersdorp fit tout ce qui était en son pouvoir pour que cette élection tourne en faveur de son fils Bauduin. "Malgré les brigues & les artifices qu'il déploya à cet effet, il eut la mortification de voir tous fes efforts inutiles".

D'après Fisen dans "Hiftoria Leodienfis" Gerlache n'avait rien négligé pour élever son fils dans la dignité de mambourg, dans l'espoir de lui faire plus tard obtenir l'évêché de Liège. "Aussi corrompu qu'un candidat-député des temps modernes, "il avait eu recours à des feftins pour embaucher des électeurs & s'affurer de leurs suffrages" mais rien n'y fit et Gerlache "en punition de fes brigues, fut condamné à dix ans de baniffement".

Gerlache de MONDERSDORP avait épousé Marie de Geneffe, fille de Bauduin de Geneffe et châtelain de Waremme. Leur mariage dut avoir lieu avant 1350. (d'après un manuscrit de Van den Berch, daté de la même année) S'il était encore en vie en 1389, on ne peut apporter d'autres précisions sur la date exacte de son décès.

En 1390, son fils Bauduin est cité comme seigneur de Montjardin. Il avait épousé la dame de Heyenhoven au duché de Juliers. En 1428, ce dernier mourut à un âge avancé, laissant pour héritier son fils Bauduin II de MONDERSDORP, Seigneur de Montjardin, Geneffe, Jehay, Heyenhoven, châtelain de Waremme, voué d'Aywaille & Remouchamps. Il releva la seigneurie le 1er août 1428 et, curieusement, il la vendit le même jour à Wathieu d'ATHIN.

Exilé en janvier 1430, son despotisme entraîna sa chute. Il mourut à Louvain le 20 MAI 1457.

Entre-temps, Beauduin II de MONDERSDORP avait épousé Marie de JEUMONT. Il mourut en 1429, laissant deux enfants naturels : Gerlache, pour lequel aucun renseignement n'a été découvert et Marie, la sœur de ce dernier.

Par le testament de Bauduin, la seigneurie de Montjardin passait à son cousin Guillaume de BOULANT, en 1429. Il était aussi voué d'Aywaille. Son décès remonte à juin 1471.

En 1471, Guillaume de BOULANT II succède à son frère. Il est aussi voué d'Aywaille et de Remouchamps. Il décéda à Rome en 1484. Il laissa son héritage à son frère Jean.

Jean de BOULANT, frère aîné du  précédent détenteur hérita donc de la seigneurie en 1484. Voué d'Aywaille et Remouchamps, il était aussi seigneur de Roley, Geneffe, Aaz, Hermée et Fexhe.  Il avait épousé Catherine BOTIER de Schoenvorst de Fexhe.  Malheureusement pour lui, il ne jouit que très peu de temps de la seigneurie de Montjardin puisqu'il mourut en 1485 sans avoir eu véritablement le temps de "relever" la seigneurie et la vouerie d'Aywaille.

Jean de BOULANT et son épouse donnèrent naissance à six enfants dont l'un d'eux, Robert de BOULANT, reçu de ses parents en 1485 la seigneurie de Montjardin et la vouerie d'Aywaille et Remouchamps. La date précise de son décès est incertaine, tout au plus sait-on qu'il mourut en 1539. Il était l'époux d'Isabelle PERSANT de HAMAL avec laquelle ils eurent deux enfants dont une fille, Jeanne.

Cette dernière avait épousé Bauduin de BARBANÇON, vers1527. Il prit possession en décembre1545 du domaine de Montjardin et par conséquent de l'avouerie d'Aywaille. Veuf au cours de la même année, il mourut le 8 mai 1576.

Leur fils, Henri de BARBANÇON, prit la relève de la seigneurie en 1565. Décédé en 1594, il était l'aîné des quatre enfants du couple. Il avait épousé Bonne d'OTTIGNIES qui lui donna un seul héritier, Everard de BARBANÇON. Ce dernier épousa Louise, comtesse d'OOSTSRIZE. Décédé en 1611, il était le père de deux filles. Marie et Bonne de BARBANÇON possédèrent en 1611, par indivis, l'héritage de leurs parents.

Lors du mariage en 1616 de Marie, l'aînée des deux  sœurs, il fallut partager la seigneurie. Ce fut elle qui hérita de Montjardin. Elle prit en mariage Albert de LIGNE, grand dépensier devant l'Eternel puisqu'il vendit la plupart de ses terres y compris celles de sa femme pour combler ses dettes. Il rendit son dernier souffle à Madrid en 1674. La seigneurie de Montjardin était, pour la quatrième fois, passée dans une nouvelle famille.

Entre-temps, en 1640, un incendie éclata; (un de plus parmi les nombreux que connut Aywaille à travers l'histoire) il consuma quasi tout ce qui pouvait brûler à l'exception des murs, bien trop épais. Le prince de Ligne et Marie  de BARBANÇON son épouse alors propriétaires du château, le revendirent pour 76.000 florins, monnaie coursable.

Le nouvel acquéreur, Sébastien DAEMS, le fit remettre en état entre 1640 et 1642. Il fit réparer le toit du donjon et "construisit ou restaura" les bâtiments qui y sont encore accolés aujourd'hui. (1868) Ces derniers comprennent un rez-de-chaussée et deux étages, composés chacun d'un vestibule et de quatre pièces.

Sébastien DAEMS mourut célibataire en 1654. Enterré en l'église de Sougné, il laissa ses biens aux enfants de sa sœur, Marie DAEMS qui entre-temps, avait épousé François Gallo de SALAMANCA avec qui elle eut 5 enfants. L'un d'eux, Louis Gallo de SALAMANCA devint en 1654 seigneur de Montjardin. Il avait épousé Marie-Gabrielle de PASTRANA. Il décéda le 30 juin 1657.

Deux enfants sont nés de ce couple dont Louis-Jacques Gallo de SALAMANCA. Il n'avait que quinze ans à la mort de son père. Louis-Jacques hérita donc de Montjardin alors qu'il n'était encore qu'un adolescent. Le 9 août 1684, il épousa Isabelle-Lucie de VILLEGAS.

Louis-Jacques Gallo de SALAMANCA mourut vers 1711. Il n'avait eu qu'un seul enfant et qui lui succéda : Antoine-Joseph-Ferdinand de SALAMANCA. Celui-ci mourut célibataire vers 1726. C'est par testament qu'il légua ses biens, le 22 mars de la même année, à son cousin Léonel-Ferdinand Gallo de SALAMANCA.

Léonel avait épousé sa cousine germaine, Claire-Gabrielle GALLO. Il prit possession de ses terres, par mandataire, le 14 février 1727 cependant, Marie-Claire GALLO, douairière de Herman de BOILEAU, attaqua le testament de 1726. Elle revendiqua la seigneurie en tant que plus proche héritière ab intestat. La contestation se maintint jusqu'en1730. Léonel rendit son dernier soupir en mai 1730. Il avait une fille qui décéda sans avoir eu d'enfant.

Alors qu'il était encore mineur, Louis-Ferdinand-Joseph de VILLEGAS hérita de la seigneurie de Montjardin en 1730. Il reçu ce droit en vertu de la clause de substitution du testament d'Antoine GALLO de 1726.

Faisant suite à un procès relativement complexe, la seigneurie de Montjardin dut être vendue. Nous n'en expliquerons pas les raisons, il s'agit là d'un tout autre sujet. La seigneurie fut vendue "sur folle enchère" le 3 juillet 1734. Elle fut adjugée pour 31.300 florins au mandataire de Jacques de Theux qui en prit possession le 31 juillet 1734.

La seigneurie de Montjardin "passe dans les mains" d'une nouvelle famille, en l'occurrence la famille de THEUX qui remonte par preuves authentiques à Thomson de THEUX, de Juslenville.

Jacques de THEUX, baptisé à Liège le 14 février 1702,  épousa par contrat Isabelle de MEWEN, le 16 décembre 1733. Le mariage fut célébré à Maastricht le 18 janvier 1734. Il décéda le 20 mai 1773 et son épouse releva l'usufruit de la succession jusqu'à son décès, le 29 avril 1782. Un vide subsiste entre 1782 et 1784.

Ils avaient engendré huit enfants. Le cinquième d'entre eux, Barthélemy-Théodore de THEUX succéda à son père et prit possession de la seigneurie le 9 septembre 1784, après le décès de sa mère.

Lorsqu'arriva la Révolution française, les droits féodaux furent abolis et la seigneurie de Montjardin fut déchue au "simple rang de propriété" Barthélemy-Théodore mourut le 1er mai 1820, il fut enterré en l'église de Sougné.

La terre de Montjardin passa alors à son frère, le Chevalier Joseph-Mathieu-Jacques de THEUX De MEYLANDT et de MONTJARDIN qui en prit possession en 1820. Né le 9 juin 1754 et décédé le 6 juillet 1825, il avait épousé par contrat, Antoinette-Joséphine de WEZEREN de SCHABROECK.

Après le décès du Chevalier en 1825, la terre de Montjardin resta indivise entre ses enfants et sa veuve.

De leur union étaient nés 10 enfants dont deux eurent postérité. L'un des deux, Jacques-Marie-Joseph-Xavier de THEUX, décédé le 17 septembre 1838, avait donné naissance à quatre enfants : Charles, Constance, Joseph et Xavier.

Après le décès d'Antoinette-Joséphine le 22 mars 1842, les terres de Montjardin furent cédées en 1843 aux quatre enfants mineurs du chevalier Xavier de THEUX cité ci-dessus. Le domaine de Montjardin sera ensuite attribué en 1862 au Chevalier Joseph-Henri-Louis de THEUX de MONTJARDIN, né le 7 novembre 1835. Son décès remonte au16 juin 1868, à Bruxelles.

De 1868 à 1896,  Montjardin fut géré par le frère du précédent nommé, Xavier de Theux.

Son fils Charles de Theux (1867 – 1910), lui succéda, puis ce fut le tour du fils de celui-ci, Guy de Theux (1899 – 1989)


Autre vue de Montjardin, en 2004.


Lithographie du XIXe siècle (Doc. Cabinet des Estampes à Liège)

Un peu d'histoire

Autres photos du château

Bibliographie :

J. de THEUX de MONTJARDIN « Histoire de la seigneurie de Montjardin et de la Porallée miraculeuse », Bruxelles, 1869.

Docteur THIRY, «Histoire d'Aywaille», deuxième partie, tome V.

P. AIMONT « Aqualia ».

© 2010 Jacques SCHOUMAKERS